Préparateur ECS

ATLANTIC – Calypso Split

Mise en oeuvre

Production d'eau chaude thermodynamique split

Un chauffe-eau thermodynamique individuel est un système autonome permettant d’assurer la production d’eau chaude sanitaire d’un logement. Il est composé d’un groupe extérieur (split) couplé à un réservoir de stockage. Une résistance électrique complémentaire permet d’apporter un appoint de puissance en cas de besoin.
Un chauffe-eau thermodynamique prélève les calories contenues dans l’air extérieur pour les transférer au ballon d’eau chaude.

BESOIN D'UNE ÉTUDE THERMIQUE RT2012

Consultez nos tarifs et nos prestations

Envoyez nous un message

Mise en oeuvre

Choix du local d’implantation

Le chauffe-eau thermodynamique ne doit pas être implanté dans un local pouvant être soumis au gel. Une implantation dans un local chauffé permet de limiter les pertes thermiques du ballon. Cette implantation est beaucoup mieux valorisée par la RT 2012. En cas d’implantation dans un local non chauffé comme dans un garage, il est intéressant de prévoir un placard isolé de façon à réduire les déperditions du ballon.

La position du préparateur d’eau chaude doit être le plus proche possible des points de puisage pour minimiser les pertes thermiques sur la distribution, les temps d’attente d’eau chaude au point de puisage et les linéaires de tuyauterie à mettre en œuvre.
Le chauffe-eau thermodynamique doit être installé de telle sorte que les parties amovibles de l’appareil (résistance d’appoint, thermostat, groupe de sécurité, conduit de raccordement des fluides frigorigènes, capot de protection…) puissent être retirées sans avoir à le déposer.
L’emplacement du chauffe-eau thermodynamique doit être défini selon les distances de dégagement spécifiées par le fabricant.
En moyenne pour les modèles sur socle il faut réserver un emplacement de 655 x 650 mm (l x P), avec une hauteur libre minimum sous plafond de 1,7 m.

Distance à respecter pour l'implantation
Mise en oeuvre du groupe extérieur

Mise en oeuvre

Le groupe extérieur

Dès la conception, il est important d’étudier l’implantation de l’unité extérieure. Il faudra prévoir un accès à ce groupe de façon à pouvoir y réaliser les opérations de maintenance facilement. De plus les échanges thermiques avec l’air extérieur vont demander une bonne circulation de l’air autour du groupe. Il est donc important d’avoir un espace suffisamment dégagé autour du groupe.
Il peut être intéressant de positionner le groupe extérieur au sud ce qui favorisera le dégivrage de la machine grâce aux apports solaires.

Attention aux chutes de neige ou de glace qu’il pourrait y avoir en positionnant le groupe extérieur sous un pan de toit. Cela risquerait d’endommager la machine. Une casquette de protection peut être prévue.
Ne pas installer l’unité à proximité d’une source de chaleur, de vapeur ou de gaz inflammables.
Durant le fonctionnement, de l’eau de condensation s’écoule de l’unité. Veiller à prendre toutes les mesures nécessaires pour que cette eau s’écoule sans encombrement et sans provoquer de dommages aux bâtiments. En particulier, si l’appareil est simplement posé au sol, le simple fait de le surélever légèrement (5 cm minimum) permet un bon écoulement.
L’utilisation du tuyau d’évacuation des condensats n’est pas obligatoire. Si cette utilisation est impérative, utiliser le coude fourni et raccorder un flexible de diamètre 16 mm pour l’évacuation des condensats.
Prévoir un écoulement gravitaire des condensats (eaux usées, eaux pluviales, lit de gravier).
Si l’installation est réalisée dans une région où la température peut être inférieure à 0° C pendant une longue période, munir le tuyau d’évacuation d’une résistance de traçage, pour éviter la prise en glace. La résistance de traçage doit chauffer non seulement le tuyau d’écoulement mais aussi le bas de la cuve de collecte des condensats de l’appareil.
Intégration acoustique
Bien que les systèmes pompes à chaleur aient fait d’énormes progrès sur le plan acoustique ces dernières années, il convient toutefois de prendre certaines précautions pour intégrer au mieux les unités placées à l’extérieur vis-à-vis du voisinage :

  • Placer de préférence l’appareil hors de vue du voisinage direct, à partir d’une terrasse ou à partir d’une baie vitrée : abriter le groupe extérieur derrière un obstacle naturel formant un écran tel qu’un rideau d’arbustes, une haie, une butte de terre ou un mur de clôture en conservant une distance minimale ;
  • Ne pas le placer à proximité des chambres de la maison voisine ou de la maison équipée
  • Eviter la proximité d’une ou de plusieurs parois fortement réverbérantes.

Une fois la position du groupe extérieur définie il convient de le fixer proprement à son support de façon à éviter toute transmission vibratoire au bâtiment. Les points suivants seront à respecter :

  • Pour une mise en œuvre sur dalle béton :la dalle doit être désolidarisée du bâtiment (sans liaison rigide), prévoir un matériau résiliant à base de caoutchouc entre la dalle et la structure ; l’unité extérieure devra reposer sur une paire de supports sol anti-vibration en caoutchouc ;
  • Pour une mise en œuvre sur châssis: des plots anti-vibratiles sont à prévoir entre l’unité extérieure et le support : plots en élastomère (type silent-bloc), plots à ressorts.

Mise en oeuvre

Raccordement des fluides frigorigènes

Le groupe extérieur est relié au ballon d’eau chaude par des liaisons frigorifiques.
Ces dernières doivent être isolées thermiquement ceci afin d’éviter toute brûlure et afin de garantir une performance optimale.
Le groupe extérieur possède une liaison frigorifique avec le ballon d’eau chaude. La distance à respecter entre le groupe extérieur et l’unité intérieure est définie par les préconisations du constructeur. Il faut donc prendre cette donnée en compte lorsque l’on choisit la position de l’unité extérieure.

En général les fiches techniques des constructeurs précisent une longueur de liaison minimale, une longueur maximale et une valeur de dénivelé maximale à respecter.

Avertissement :

  • Le tracé choisi doit être le plus court (pas moins de 3 m) et le plus simple possible, la performance ainsi que la durée de vie du système en dépendent. Les tubes ne doivent pas présenter de pliures.
  • Les 2 tubes constituant la liaison frigorifique doivent être isolés séparément.
  • Utilisez exclusivement le réfrigérant R410A. Le mélange avec un autre gaz ou avec de l’air est interdit.

Le raccordement frigorifique doit être réalisé par un professionnel qualifié possédant une attestation de capacité conformément au Décret 2007/737 et ses arrêtés d’application.

Raccordement des fluides frigo
Mise en oeuvre du ballon thermodynamique

Mise en oeuvre

Raccordement hydraulique

Réducteur de pression : l’installation d’un réducteur de pression est à prévoir si la pression au point de puisage dépasse le 4 bar. Cela évitera d’avoir des débits inutilement élevés (l’utilisateur fera donc une économie sur sa consommation d’eau) et permettra d’augmenter le confort et la pérennité de l’installation. Il y a par exemple 40% d’économie d’eau entre un réseau à 6 bar et un réseau à 3 bar si l’installation n’est pas équipée de robinet avec régulateur de débit.

Le régulateur de pression doit être mis en œuvre en amont de l’installation et réguler à la fois la pression sur l’eau chaude mais aussi sur l’eau froide.
Soupape de sécurité / Disconnecteur hydraulique : avec la montée en température de l’eau contenue dans le ballon, la pression peut elle aussi augmenter. Cette pression doit être limitée à la pression maximale admise par la cuve. La soupape de sécurité le plus souvent réglée à 7 bar va laisser s’échapper de l’eau du ballon pour en réduire la pression en cas de besoin. Elle doit être raccordée à un réseau d’évacuation.

Le groupe de sécurité doit être placé au plus près du chauffe-eau  à moins de 3 mètres de celui-ci. Il ne doit y avoir aucun piquage ou organe entre le groupe de sécurité et l’appareil.

Il doit être raccordé à un réseau d’évacuation de diamètre nominal minimum de 32 mm avec une pente de 2 cm par mètre. Le siphon doit avoir une garde d’eau de 5cm pour ne pas se désamorcer.

Robinet d’arrêt : Il est important de pouvoir isoler l’installation afin de pouvoir y réaliser des opérations de maintenance. Egalement en cas de fuite il est important de pouvoir couper l’alimentation en eau.

Pour les régions où l’eau est très calcaire (Th>20°f), il est recommandé de traiter celle‐ci avec un adoucisseur,
la dureté de l’eau doit rester supérieure à 15°f.

Mise en oeuvre

Raccordement électrique

Le raccordement électrique d’un chauffe-eau thermodynamique est un peu différent de celui d’un chauffe-eau à accumulation traditionnel. En effet, le chauffe-eau thermodynamique doit être alimenté en permanence.

Raccordement en simple tarif :
Protection par un dispositif différentiel 30mA, un disjoncteur divisionnaire 16A, avec un circuit en 1,5 ou 2,5mm² (phase, neutre et terre), selon les préconisations du fabricant. Dans ce cas, les conducteurs du raccordement du double tarif sont laissés en attente.

Avec double tarif heures creuses / heures pleines :
Si vous disposez d’un double tarif, deux alimentations doivent être raccordées au chauffe-eau. Une permanente, comme indiqué précédemment et une alimentation en 1,5mm² (phase et neutre avec la phase commandée par les heures creuses) pour la commande heure creuse. Cette ligne est protégée par un disjoncteur divisionnaire de 2A.
Selon les fabricants, plusieurs solutions pour cette ligne heures creuses sont préconisées. Soit vous utilisez directement le contact heures creuses du compteur électronique, soit vous utilisez un système de contacteur jour/nuit.
Pour l’existant, il est également possible d’utiliser un interrupteur horaire programmé sur les plages heures creuses afin de simuler le contact. On place alors les modules dans un tableau électrique.

mettre en application

liens utiles

Pour en savoir plus sur les sujets abordés dans cette section du guide.

Fiche technique

Présentation du produit

Cahier des charges indicatif

Pour faciliter la consultation des entreprises

Notice de mise en oeuvre

Pour les installateurs

Retour au menu du guide pratique

Votre étude thermique, ici

Spécialistes des études thermiques et de l’ingénierie des fluides nous participons à l’élaboration de votre projet.